Bénifices attendus de la mise en oeuvre du PADFA

Le déploiement des activités du PADFA doit générer des changements perceptibles à tous les niveaux de la chaîne des valeurs.

Le projet appuiera 1 190 groupements répartis dans les bassins de production de quatre régions, soit près de 23 000 producteurs (dont au moins 6 900 femmes et jeunes) et environ 134 000 bénéficiaires directs au sein des ménages, sans compter les autres opérateurs des deux filières cibles. Il faut ajouter à ces producteurs bénéficiaires du projet environ 350 chefs de ménages (soit près de 2 000 personnes) liées principalement aux activités de transformation. De plus, il est raisonnable de penser qu’avec la professionnalisation et l’accroissement des services offerts par les faîtières et l’augmentation des revenus des producteurs membres impliqués dans les filières, un mouvement croissant d’adhésion aux GIC va s’opérer et donc accroître le nombre de bénéficiaires directs des appuis du PADFA.

En fin de projet, l’augmentation annuelle attendue de la production de riz par rapport à la situation sans projet est estimée à 4 200 tonnes de riz paddy additionnel dont environ 3 000 tonnes seront exportées dans les pays voisins et 1 200 tonnes seront décortiquées. En ajoutant les gains au décorticage sur la fraction du riz paddy à transformer provenant de la production déjà existante estimée à 600 tonnes/an, on peut espérer raisonnablement une production annuelle en riz décortiqué de près de 1 200 tonnes (au départ des 1800 tonnes de paddy) qui peuvent être principalement considérés comme des substitutions d’importations équivalentes. Pour l’oignon, l’augmentation annuelle espérée en fin de projet est d’environ 5 500 tonnes. Le marché visera principalement l’exportation en période de récolte et la substitution des importations en période de soudure entre deux récoltes (saison des pluies). Cette évolution sera progressive et graduelle sur les sept ans de la durée du projet. Cette augmentation de la production de riz améliorera la sécurité alimentaire en particulier dans les zones de production. Une augmentation sensible des revenus des populations cibles (petits producteurs, femmes et jeunes) devrait permettre de contribuer à l’allègement de la pauvreté dans les zones du projet et à l’amélioration des conditions de vie.

Le projet créera également de nombreux emplois le plus souvent accessibles aux femmes et aux jeunes. Il s’agira notamment: (i) du travail occasionnel pour satisfaire le nombre élevé de journées de travail lié aux deux cultures qui dépasse la disponibilité familiale; (ii) la possibilité pour les plus déshérités de cultiver le riz et l’oignon grâce au renforcement des services des GIC et aux facilités mises en place par le projet pour avoir accès aux intrants; (iii) l’auto-encadrement des producteurs qui donnera des responsabilités techniques au sein des GIC à près de 2 860 auxiliaires de production; et (iv) le développement de petites entreprises de travaux agricoles notamment pour la préparation mécanique des sols (motoculteurs, matériel de traction animale, etc.) et de transformation (batteuses à riz, décortiqueuses, etc.).

La professionnalisation des groupements de producteurs/trices et de leurs faîtières s’accompagnera d’une bonne gouvernance des institutions, une progressive et pleine autonomisation, une majeure crédibilité au niveau national et politique, une offre durable de services de qualité, un mouvement paysan plus fort et incontournable. Cela garantira notamment la durabilité des activités initiées avec l’appui du projet.

En matière de commercialisation, les principaux bénéfices escomptés au niveau des acteurs des filières seront les suivants: (ii) un accès durable aux intrants et semences de qualité; (iii) une réduction des coûts de transaction et de pertes après récolte; (iv) un meilleur prix de vente; (vi) une meilleure pénétration des produits sur les marchés locaux et externes grâce à des produits de meilleure qualité et normalisés; (vii) une meilleure maîtrise des logiques des marchés, grâce à des réseaux fiables d’information et de partenariat; et (viii) une plus grande participation des acteurs aux prises de décisions.

themekiller.com