Depuis que la coopérative de Vele dispose de 2 décortiqueuses de riz, ces machines ne chôment guère. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, le travail sur ce matériel de transformation est l’affaire exclusive des femmes et des jeunes.

Ces deux groupes alternent en effet le job, suivant une organisation bien huilée : les femmes dans la journée et les jeunes tard le soir ou même la nuit en cas de besoin. Et ils ont ces temps-ci du pain sur la planche ! Des clients affluent de loin, même de Yagoua, pour venir transformer leur paddy à Vele, désormais réputé pour la qualité de ses machines et l’application de leurs opérateurs.

Ce qu’il y a d’intéressant en particulier avec les femmes est qu’elles ne sont même pas membres de la coopérative ! On fait simplement appel à elles quand il y a une commande de riz blanchi à honorer, et elles sont fidèles au rendez-vous puisque par ailleurs le travail rémunéré est rare dans la région, surtout en ce qui les concerne. Mais elles sont plus que motivées : non seulement elles sont payées rubis sur ongle après chaque décorticage – on leur offre souvent une portion de riz et du poisson fumé – mais on les traite aussi – et surtout – avec respect. Un boulot « tout bénef » donc !

Les femmes sont actuellement une douzaine (autant de jeunes) à exercer ce job à Vele. Amadou Élie le PCA de la coopérative est en train de chercher à affilier ces travailleurs enthousiastes (quoique temporaires) à son groupement, en envisageant notamment de faire une petite retenue progressive sur leur paie afin d’arriver à réunir la part sociale de chacun nécessaire pour l’adhésion.

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com