On sait que réussir à commercialiser le riz est souvent un véritable casse-tête pour les coopératives de producteurs. Pourtant il arrive parfois qu’une bonne affaire se présente. C’est ce que vient de vivre, pour le grand bonheur de ses membres, la coopérative de Vele (Mayo-Danay, Extrême-Nord). Elle a en effet obtenu et honoré une commande d’un gros négociant en riz de la région qui a gagné un marché avec le PAM (Programme Alimentaire Mondial) : il a eu la bonne idée de solliciter la coopérative pour la fourniture de riz décortiqué, dûment conditionné dans les sacs estampillés du logo de ce client providentiel et prêt à charger. L’affaire a été rondement menée et conclue.

Résultat : 3 camions gros porteurs ont déjà été expédiés à l’acheteur. Quand on sait que le riz blanchi se vend à 12 500 FCFA le sac à Vele, et qu’on a affaire à 2 tonnes, c’est plus de 20 millions que la coopérative vient d’engranger. Et ce n’est que le début, à en croire Amadou Élie, le président de la coopé : « Cet acheteur a évoqué la possibilité de venir prendre progressivement notre riz, jusqu’à 200 t à brève échéance ! ». Et ce n’est pas tout : un autre gros client venant d’aussi loin que Douala s’est annoncé pour les prochains jours.

En tout cas, on peut dire que la décision de la coopérative de Vele de ne désormais vendre que du riz transformé est une bonne chose, tant les bénéfices par rapport au paddy sont substantiels. Et vu la bonne réputation que ce groupement est en train de se faire non seulement dans le Septentrion mais même jusqu’au Grand-Sud, on peut présager que de bonnes affaires sont en vue pour les riziculteurs du « Bec de Canard »

 

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com