Le Mayo-Tsanaga veut maintenir sa place de principale zone de production de l’oignon dans le Grand-Nord. Et les coopératives du giron du PADFA semblent tenir à cette performance. Ces jours-ci, les nouvelles relatives au lancement de la saison agricole sont en effet extrêmement positives :  partout les producteurs s’activent d’une fort belle manière pour l’ensemencement des champs, et les images à ce sujet parlent d’elles-mêmes.

  Selon PALOUMA Moise, le TS Production de la Région, tous les producteurs sont sérieusement engagés : « Actuellement ce sont les travaux de transplantations/irrigation sur les périmètres irrigués, en attendant de s’attaquer aux zones sèches dans 2 semaines. Rien que dans le bassin de Mozogo, c’est déjà une centaine d’hectares d’oignon transplantés depuis le mois dernier. Si on ajoute ce qui se passe en même temps à Koza, Mokolo et Boula-Mokong, on peut déjà envisager près de 1500 ha transplantés ! »

Particularité de la situation dans le Mayo-Tsanaga : les femmes sont en première ligne sauf à Boula-Mokong ou, prédominance de la religion musulmane et tradition obligent, elles sont moins présentes dans l’actuelle activité dans les parcelles.

On peut étendre ce constat d’une saison de production de l’oignon démarrant sous les meilleures auspices grâce aux femmes, à la coopérative de Gazawa : les champs de ces semencieres réputées sont eux aussi déjà à jour, comme on pouvait s’y attendre quand on les connaît. De quoi se réjouir de ce que l’approche genre prônée par le PADFA présente toujours ici une illustration remarquable.

L’engouement observé ces derniers temps chez les producteurs d’oignon de l’Extrême-Nord n’est cependant peut-être pas le fait d’un quelconque hasard : l’imminence annoncée du PADFA II entraîne sans doute chaque groupe à dire, en quelque sorte : « Nous sommes bel et bien là, et nous attendons le Projet de pied ferme ! ». Personne ne songerait d’ailleurs à leur en faire  reproche : il est normal pour chacun de chercher à se mettre en pole position dans l’optique du PADFA new-look : on peut même dire que c’est de bonne guerre, et qu’ils ont tous un intérêt légitime à montrer qu’ils ne sont pas inactifs dans l’attente des « vraies choses »!

 

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com