Décidément, les choses s’accélèrent pour la mise en œuvre effective du PADFA ll. Ainsi, ce jeudi 14 novembre 2019 s’est tenue une importante réunion au MINADER, à l’occasion de laquelle le Projet a été formellement présenté au Ministre Gabriel MBAIROBE et à son staff au niveau le plus élevé (responsables des Services Centraux et des Régions d’intervention du PADFA, et ceux des autres projets relevant du Ministère).

C’est à la Coordonnatrice Nationale Mme Hélène MARIGOH qu’il est revenu d’effectuer ladite présentation, sur la base du Document de Conception du Projet (DCP). Après un bref rappel de la configuration, des activités, résultats et réalisations majeurs du PADFA l, ainsi que des justifications pour l’acceptation par le Gouvernement et le FIDA d’une phase II, Mme MARIGOH s’est appesantie à préciser certains points du PADFA new-look : zones d’intervention, objectifs et résultats attendus, groupes-cibles etc. Sur ce dernier aspect par exemple, des chiffres ont même été mentionnés : on a appris que pour cette nouvelle mouture la perspective est d’appuyer 104 coopératives en termes d’émergence et de consolidation, soit 15 100 exploitants, pour une cible totale de 90 600 bénéficiaires. Dans la foulée des chiffres, la Coordonnatrice Nationale a également dévoilé que le PADFA II couvrira durant les 6 prochaines années un total de 23 626 ha (4226 oignon, 19 400 riz). En plus de la stratégie générale, la structure des interventions de chacune des composantes a aussi été expliquée, et même ce que va coûter le PADFA : 33,3 milliards FCFA (dont 78% FIDA et 13% Gouvernement).

Cette présentation a été complétée par celle portant sur l’identification et la caractérisation des bassins de production éligibles au PADFA II, une activité prévue dans le cadre des études de référence et de faisabilité du Projet, à mener avec l’appui technique de la Direction des Enquêtes et des Statistiques Agricoles (DESA) du MINADER. Il est question, a-t-on développé, de finaliser la liste des bassins de production et de mieux identifier les potentialités et contraintes des filières, ceci en complément aux travaux menés dans ce domaine pendant la formulation du Projet. Tout y est passé en détails, concernant aussi bien la méthodologie (collecte des données, parties prenantes etc.) que la planification de l’étude, qui se donne pour butoir la fin du mois de janvier 2020 pour la validation.

À l’issue de ces présentations plusieurs interventions fructueuses des participants ont permis non seulement de clarifier certains points du “modus operandi”, mais aussi au Projet de prendre note de recommandations utiles à même de lancer définitivement le PADFA II sur les meilleurs rails.

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com