Le rapport d’achèvement du PADFA a donné son verdict en ce qui concerne la durabilité du Projet, suivant divers aspects qui ont été passés au crible dans les moindres détails.

  • Durabilité sociale: la mise en œuvre des activités du Projet a répondu aux besoins prioritaires des populations cibles, suscitant leur forte adhésion. Les activités menées dans le cadre de l’organisation et du renforcement des capacités des GIC et des coopératives accompagnées par le PADFA ont renforcé la cohésion sociale. Il en est de même des activités relatives à la planification de la campagne agricole et à l’entretien et à la maintenance des périmètres hydro agricoles réalisés. La création des coopératives, leur dotation en infrastructures structurantes et équipements, ainsi que leur accompagnement rapproché à travers les diverses formations reçues, ont encore beaucoup plus bonifié cette cohésion sociale au sein des collectivités bénéficiaires.
  • Durabilité économique: la mise en place des CEP (champs- écoles des producteurs) a permis l’apprentissage et la maîtrise des itinéraires techniques du riz et de l’oignon, et conséquence de doubler les rendements et d’améliorer les revenus des ménages. En outre, le stockage qui offre la possibilité de différer la vente des produits, les formation  dispensées sur le warrantage et sa mise en œuvre au niveau des coopératives ont permis l’obtention de bons prix de leurs produits qui auparavant étaient bradés dès la récolte. Par ailleurs, la transformation du paddy et de l’oignon permet aux coopératives de capter une partie de la valeur ajoutée.
  • Durabilité technique: la plupart des opérations conduites répondent aux normes de mise en œuvre des activités concernées. Le dispositif d’appui-conseil du PADFA associe les services traditionnels d’encadrement, les opérateurs de proximité (OAP), les auxiliaires de production cooptés par leurs pairs producteurs. Cet attelage permet aux services traditionnels d’encadrement de mieux connaître les producteurs et à ceux-ci de savoir aussi à quelle structure s’adresser au besoin pour résoudre un problème technique éventuel. Cette mise en relations est un gage de durabilité qui requiert de l’État de mette à disposition des services traditionnels des moyens conséquents pour poursuivre leurs activités. En outre les coopératives avec leur maturité fonctionnelle devront pouvoir générer des ressources pour prendre en charge certaines sollicitations d’opérateurs spécialisés. Quant aux coopératives de producteurs de semences améliorées de riz et d’oignon créées avec la collaboration des instituts de recherche (IRAD et AVRDC), elles ont montré un bon dynamisme et une bonne maturité fonctionnelle qui présagent de leur pérennité après le Projet : ce faisant elles garantiront des semences certifiées aux producteurs.
  • Durabilité institutionnelle: elle repose essentiellement sur l’autonomisation des structures promues et/accompagnées ou impliquées. Il s’agit, dans le cadre du PADFA, des coopératives et des comités de gestion des AHA et des magasins et équipements. Le Projet a appuyé la constitution, l’immatriculation des coopératives et la formation de leurs membres dans plusieurs domaines organisationnels et économiques. La vision est de les amener à plus de professionnalisme et à les outiller pour qu’elles défendent efficacement les intérêts de leurs membres aussi bien avec les structures de l’État qu’au sein des interprofessions en cours de mise en place. Le PADFA a introduit les semences nécessaires à cette évolution: la germination vient juste d’avoir lieu.
Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com