Suivant le rapport d’achèvement présenté lors de l’atelier national du 13 juin 2018, un des points positifs relevés concerne l’innovation, la transposition et la reproduction à plus grande échelle du PADFA : la revue est arrivée à la conclusion que le Projet a développé et mis en œuvre avec succès plusieurs initiatives sur le terrain qui pourraient être appliquées ailleurs, aussi bien au niveau organisationnel et institutionnel que technologique.

Au niveau des technologies, il s’est agi de :

  • L’introduction des variétés améliorées de riz de bas-fond, pluvial et de plateau. Appuyés par un itinéraire technique adéquat ces variétés ont entre autres permis de doubler les rendements de riz. Concernant l’oignon, on est parvenu à l’épuration de la variété goudami et à la production de ses semences améliorées.
  • Les aménagements hydro agricoles (AHA) : la réalisation de ces infrastructures de différentes tailles a permis la sécurisation de la production agricole face aux risques climatiques. En outre le PADFA a formé les producteurs exploitant ces AHA, notamment en gestion et maintenance des périmètres aménagés et la gestion de l’eau proprement dite.
  • La double culture du riz, introduite dans l’antenne de Bamenda suite à d’intenses efforts de sensibilisation, démontrant ainsi sa faisabilité.

Du point de vue organisationnel :

  • La création de coopératives conformément aux dispositions de la loi OHADA sur les sociétés coopératives, dotées de magasins multifonctionnels notamment motoculteurs et décortiqueuses, et outillées en matière de formation sur les principes coopératifs, la gestion, le warrantage. Avec la maturité fonctionnelle, ces entités économiques devraient devenir de véritables pôles de développement au niveau des arrondissements concernés.
  • La création de plateformes de concertation pour le riz et l’oignon – bien que cette initiative en soit à ses débuts.

Toutes ces innovations peuvent être répliquées et amplifiées à une plus grande échelle dans le cadre d’autres opérations. Par exemple la création. De réseaux régionaux de producteurs de semences améliorées, la pratique de la double culture dans les zones qui disposent de ressources en eau importantes, et d’une manière générale la réalisation d’infrastructures structurantes comme les AHA et les magasins multifonctionnels.

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com