Les activités de terrain du PADFA sont effectivement arrêtées depuis le 31 décembre 2017, tandis que juin 2018 verra sa clôture. Mais d’ici à ce deadline, que se passe-il au Projet ? M. Eyebe Ayissi a défini les activités à mener pour les mois qui restent, lors du dernier COPIL.

Parmi ces activités, une place particulière doit être faite à l’évaluation, c ’est-à-dire al’analyse des résultats et de effets du PADFA après ses années d’activités. C’est dans ce cadre que sont organisées des enquêtes comme le SYGRI (Système de Gestion des Résultats et Impacts), l’analyse des effets, ou encore l’évaluation des indicateurs eu cadre logique.

Il est important de noter qu’en ligne de mire il y’a la production du rapport d’achèvement du Projet, pour lequel s’est déjà tenue une réunion PADFA/MINADER/FIDA pour son initiation : toute l’activité d’évaluation vise donc à renseigner ce document final.

Mais en même temps, on ne perd pas de vue que l’accord étant acquis pour une deuxième phase du Projet, l’évaluation en cours permettra de mieux projeter son implémentation, en fonction de ce qui a marché, ce qui restait à parfaire, dans quelles zones, et quelles possibilités envisager ici et là, avec quelles équipes etc. L’idée maîtresse ici est que le PADFA qui s’achève a jeté les bases d’un processus appelé à s’affiner et à se renforcer, et éventuellement à s’étendre, pour un impact plus important sur les populations rurales.

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com