CETTE SEMAINE SUR LE MARCHÉ DU RIZ (19-24/02/2018): C’EST DUR À DOURBEYE !

À Yagoua, et Kaikai (Mayo-Danay), le prix du sac de paddy ne varie pas beaucoup : toujours bloqué à 10 000 FCFA. Même ailleurs dans le département, ça demeure relativement « raisonnable » comme à Vêlé : on monte un peu à 11 000 FCFA, tout en conservant le prix du kilo de semence de riz à 500 FCFA.

Idem à Garoua, Ngong, Lagdo et Demsa dans le Nord : on stagne à un supportable 11 000 FCFA.

Là où la facture risque d’être plus salée, pour les acheteurs potentiels, c’est plutôt dans le Mayo-Louti à Dourbeye (17 000 !) et Guider (15 000) et un peu moins à Barndake (Diamaré) où arrive tout de même le sac de paddy à 14 000 FCFA.

Comment est-on là ? Chaibou Amandjang, le superviseur technique pour l’Extrême-Nord, « décortique » bien le cas emblématique de Dourbeye : « La saison de riz a été assez mauvaise cette année à Dourbeye. Conséquence, le paddy est rare dans la localité et les environs comme Mayo-Oulo et Guider. D’où les prix si élevés. De plus, puisqu’on est pratiquement à la frontière, il y’a la présence des acheteurs nigérians qui font une rude concurrence aux locaux sur le peu de riz disponible. Voilà les deux facteurs qui « gâtent le marché » là-bas, comparé à d’autres endroits du Grand-Nord ! »

 THIS WEEK ON THE RICE MARKET (19th to 14th of Feb. 2018): IT’S HARD IN DOURBEYE!

In Yagoua, and Kaikai (Mayo-Danay Division), the price of the paddy bag does not vary much: still stuck at 10,000 XAF. Even elsewhere in the Division, it remains relatively « reasonable » as in Vêlé: it rises a little up to 11,000 XAF, while retaining the price of the kilo of rice seed at 500 XAF.

Same as Garoua, Ngong, Lagdo and Demsa in the North: we stagnate at 11,000 XAF. The bill gets heftier for potential buyers in Mayo-Louti in Dourbeye (17,000) and Guider (15,000) and a little less in Barndake (Diamare) where everything happens likewise the paddy bag at 14,000 XAF.

How are we there? Chaibou Amandjang, technical supervisor for the Far North, « dissects » well the emblematic case of Dourbeye: « The rice season was pretty bad this year in Dourbeye. As a result, paddy is scarce in the locality and surroundings like Mayo-Oulo and Guider. Hence the prices so high. In addition, since we are practically at the border, there is the presence of Nigerian buyers who are competing with locals over the amount of rice available. These are the two factors that « spoil the market » there, compared to other places in the Far North!« 

Share.

About Author

Leave A Reply

themekiller.com