Au cours de la réunion de concertation et d’analyse des acteurs les 27 et 28 juillet 2017 à Garoua, ces derniers ont fait l’état des lieux pour présenter eux-mêmes les plus et les moins de la filière.

ACQUIS DE LA FILIÈRE :

Les terres cultivables sont disponibles, tout comme l’eau pour l’irrigation, avec un climat favorable à la culture de l’oignon ; il existe bien un marché local et sous- régional ; les semences améliorées sont adoptées ; la main d’œuvre est là ; enfin, il y a une forte rémunération des activités de filière permettant de faire face aux besoins socioéconomiques (scolarisation des enfants, santé…)

FAIBLESSES :

Non maîtrise du calendrier agricole et des techniques culturales ; non maitrise de la qualité des semences ; déséquilibre des prix sur le marché ; absence d’une plateforme de concertation au sein de la filière ; problème de conservation et de stockage d’oignon.

L’ACCOMPAGNEMENT DU PADFA

Dans le cadre de l’appui au développement de la filière, le PADFA comptabilise dans le Nord plusieurs réalisations.

En ce qui concerne l’appui à la production, le Projet accompagne la sélection et la purification des variétés d’oignon adaptées à la région et la production des semences de qualité et certifiées. Dans ce cadre un réseau de semenciers locaux a été formé et accompagné, avec la collaboration de AVRDC (World Vegetable Centre), qui est un centre de recherche spécialisé.

Plus de 8000 producteurs ont été formés sur les techniques culturales et en gestion ; de même 8 champs-écoles des producteurs sont mis en place chaque année depuis 2013.

Le PADFA a également apporté des appuis en intrants et matériels agricoles dans les bassins de production où il intervient : ces appuis ont profité à plus de 3000 producteurs d’oignon. On observe actuellement des rendements allant jusqu’à 27 t à l’hectare, pour un rendement de départ de 9t/ha.

Le PADFA a aussi appuyé la commercialisation à travers la construction et l’équipement des magasins multifonctionnels pour le stockage et la commercialisation des oignons d’une capacité de 250 t. Il accompagne également la mise en œuvre du warrantage (3experiences actuellement enregistrées) et l’élaboration des plans d’affaire ou du business plan des coopératives. Il est également prévu, dans les prochaines semaines’ l’acquisition et la mise à disposition des équipements et matériels pour encourager le plein usage des magasins et la pleine fonctionnalité des coopératives dans leurs bassins de production, avec un appui à la mise en œuvre des plans d’affaires.

Enfin, sur l’appui à la structuration des producteurs et acteurs de la filière, plusieurs coopératives de producteurs d’oignon ont été mises en place/structurées dans les régions du Nord et de l’Extrême-Nord : à ce jour 70% des coopératives sont immatriculées.

Share.

About Author

2 commentaires

  1. Ousmanou oumarou on

    Très intéressant sa va permettre le développement et sa luterair contre le chaumage je suis intéressé et nous avons une association qui a une flier d’agriculture on souhaite d’avoir une partenariat et de formation de nos membres.

Leave A Reply

themekiller.com