L’autre jour à Kismatari (Bénoué, dans le Nord), il y avait de l’ambiance dans l’air: tout le monde ou presque arborait une tenue du même tissu pagne bariolé vert floral et myosotis. En réalité c’est l’UG (Union des Groupes) Kalsendi, la coopérative locale des producteurs de semences de riz qui a acheté et distribué plus de 100 pagnes à ses membres, pour la célébration de l’argent récemment gagné avec le marché de livraison de 25t de leur stock  à la Croix-Rouge Internationale.

L’UG Kalsendi en réunion

On se souvient que la puissante ONG était venue spécialement de Kousseri prendre possession de sa commande. A l’époque la scène fut franchement grandiose à Kismatari : des gros porteurs 18-roues chargeant une impressionnante cargaison du riz de cette coopérative qui, jusque-là, n’écoulait en quelque sorte que des broutilles de sa production pourtant importante à des petits acheteurs lambda: du jamais vu ici (ni dans aucune autre coopérative de riziculteurs de la contrée, pour tout dire).

Damna Albert, le dynamique président de l’UG Kalsendi, qui se plaignait encore auprès de la Coordinatrice Nationale de ne pas avoir assez de clients pour leur riz lors de la visite de cette dernière à la coopérative le 18 mars 2017, a donc été satisfait au-delà de ses attentes. C’est certainement pourquoi il n’a pas fait dans la dentelle quand il a été question de marquer d’une pierre blanche cette success story de son groupe.

Pour cette occasion, le président n’a pas lésiné sur les moyens, d’abord en accord avec les membres du bureau de la coopérative , ensuite avec le reste des 208 coopérateurs, en prenant l’excellente décision d’habiller tous les coopérateurs de neuf et de manière distinctive, mais aussi et surtout de leur offrir des victuailles à la hauteur de l’évènement : un bœuf bien gras pour lequel il a mis 200 000 FCFA, des cartons d’huile Diamaor et des sacs de riz, distribués à tous sans exception. Cette circonstance exceptionnelle des ‘’Battants de Kismatari’’ (‘Kalsendi’ signifie littéralement ‘’les battants’’), a bien sûr été financée par une petite ponction sur le récent gain de la coopérative.

Pour le PADFA, qui a entre autres appuis (mise à disposition de semences sélectionnées et d’intrants divers, magasin de stockage bientôt livré, formations), introduit à Kismatari l’idée-même de la commercialisation groupée,  il s’agit en fait d’un cas de warrantage réussi: les gens ont ensemble stocké leur riz dans l’attente du bon client, et avec le marché de la Croix-Rouge chacun des coopérateurs ayant conservé son riz a donc perçu son dû selon la quantité qu’il aura gardée. Le Comité de gestion a juste retenu quelque chose pour le fonds de roulement.

Désormais, Damna Albert et ses amis vont certainement viser à produire plus. « L’appétit vient en mangeant », « l’argent appelle l’argent », « on ne prête qu’aux riches » etc., tout le monde connaît ces adages !

Pour Mme Marigoh, la Coordonnatrice nationale du PADFA : « le succès de L’UG Kalsendi est l’exemple vivant de la façon dont les conditions de vie des populations appuyées par le Projet peuvent être améliorées non seulement par l’augmentation du revenu de leur travail, mais également par la consolidation de la solidarité du groupe à travers la célébration d’une réussite commune comme cette fête populaire ».

Pourquoi cette coopérative a t-elle réussi ? La raison en est simple: en termes d’activité rizicole, et de réactivité positive aux appuis du PADFA, ils ont franchement répondu présent. Leadership engagé, dynamisme intrinsèque du groupe, et surtout solidarité entre les membres:  la formule idoine pour arriver à de bons résultats.

Avec le recul, quand le président Damna déclarait il y a un peu plus de 3 mois que « le PADFA et Kalsendi sont des frères siamois » à la Coordinatrice nationale lors de sa dernière visite à Kismatari, cela sonnait un peu bizarre sur le coup.  Pourtant on peut lui donner raison maintenant d’avoir exprimé non seulement le lien organique et fonctionnel de sa coopérative avec le PADFA, mais aussi cette réalité :  c’est bien l’accompagnement multiforme du Projet chez eux qui leur a amené des ‘’lendemains qui chantent », des ‘’fruits qui portent la promesse des fleurs », tout ce qu’on voudra si on est intéressé par la dithyrambe poétique !

 

 

 

Share.

About Author

2 commentaires

  1. Pingback: KISMATARI A ENFIN SON MAGASIN

  2. Pingback: 2019

Leave A Reply

themekiller.com